L’amour pour la Vierge Marie est au cœur de la vie religieuse des Pyrénées depuis des temps immémoriaux. C’est une véritable « constellation » mariale qui se déploie dans un environnement naturel exceptionnel. Un cadre qui porte à la méditation. Une constellation composée d’oratoires, de chapelles, d’églises et de sanctuaires, dont le plus connu est Lourdes. Chacun peut donc y tracer son sillon spirituel.

Notre-Dame de Garaison : Au moment où Bernadette voit la Vierge Marie à la Grotte de Lourdes en 1858, Notre-Dame de Garaison, à 75 km de Lourdes, est encore un lieu de pèlerinage important. Son origine ? Trois apparitions de la Vierge Marie, vers 1515, à une bergère de 12 ans nommée Anglèze de Sagazan. Les messages adressés par la Vierge Marie à Garaison préfigurent les paroles qui seront délivrées plus tard à Lourdes : « Ici, je répandrai mes dons », « Je veux que l’on construise une chapelle », « N’oubliez pas de remercier Dieu de ses bienfaits ».
En 1540 une chapelle est édifiée à l’endroit précis des apparitions. Les missionnaires de l’Immaculée Conception, dits Pères de Garaison, y ont également fondé une école. Ce sont ces mêmes missionnaires qui ont été sollicités dès 1866 pour animer la pastorale de Lourdes alors naissante.

Une prière pour le lieu
Ô Immaculée Marie, unie à tous les peuples de la terre qui te connaissent et qui t’aiment, nous rendons grâce à Dieu pour le grand privilège de ta Conception sans tâche.
Sois bénie, toi qui es entièrement unie à la Passion rédemptrice de ton Fils.
Nous te confions nos vies, nos joies et nos peines.
Accueille aussi comme une prière, le cri chargé de la souffrance de tous les hommes.
Ô Notre Dame, mets en nos cœurs et nos pensées la pureté de la source et la fermeté du rocher.
Aide-nous à vivre dans le Christ et à transmettre le message que tu nous as confié.
Ô Vierge des douleurs, avec tes confidentes Anglèze et Bernadette, prie pour nous, pécheurs, et à l’heure de passer la mort, conduis-nous près de ton Fils ressuscité.
Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous.
Notre Dame de Garaison, priez pour nous.
Saint Joseph, priez pour nous. 

Notre-Dame de la Fache : Chaque année, vers le 4 août, est organisé un pèlerinage au sommet de la Fache, dans la vallée du Marcadau. Après la veillée au refuge Wallon, la messe au sommet est le point d’orgue du rassemblement qui se termine par une procession aux flambeaux. Ce pèlerinage organisé depuis 1943 commémore un sauvetage jugé miraculeux d’une montagnarde lors de son escalade de la grande Fache en 1942.

Une prière pour le lieu
« Vierge de l’espérance,
Notre-Dame de ceux qui marchent,
Écoute-nous.
Sur ces montagnes pointe la lumière d’un matin nouveau.
Donne-nous une âme de pauvre pour être heureux.
Arrache de nos cœurs l’égoïsme qui assèche.
Nous voulons marcher dans l’espérance. »

Notre-Dame d’Héas : Cette chapelle de montagne est située dans le canton de Luz-Saint-Sauveur. Au pied du cirque de Troumouse, le pèlerinage de Notre-Dame de Héas était très fréquenté dès le XIIème siècle. Une apparition de la Vierge eut lieu sur le caillou de la Raillé. La statue de la Vierge qui s’y trouve est parfois appelée Notre-Dame du chaos. Il faut dire que cet énorme bloc se serait détaché lors d’une avalanche de pierres qui, en 1650, a rempli la vallée. Le sanctuaire a été détruit à plusieurs reprises par les avalanches et les guerres de religion. On raconte que la chapelle a été construite par trois maçons. Chaque jour, trois chèvres suivies de trois chevreaux, venaient le visiter et offrir leur lait. Trois mois se passèrent. L’édifice était presque achevé. Les maçons décidèrent de manger l’un des chevreaux. Les chèvres furent sans doute averties du complot car elles ne réapparurent plus. Sans le secours des habitants, les ouvriers seraient morts de faim.
Les pèlerinages ont lieu le 15 août (Assomption de la Vierge Marie), le 8 septembre (Nativité de la Vierge Marie) et le premier dimanche d’octobre (proche de la Fête de Notre Dame du Rosaire)
Le site est géré par les pères de Garaison (Missionnaires de l’immaculée Conception).

Une prière pour le lieu 
Notre-Dame du fond des âges,
Notre-Dame du temps qui passe,
Prends pitié de nous qui sommes de passage.
Enfin, ici, dans ce havre de paix, le monde se tait.
Enfin, je peux me poser. 
Conduis-moi du mensonge à la vérité.
Conduis-moi de la peur à la confiance.
Change mon regard sur la vie et sur les autres.
Merci.

Notre-Dame de Pouey-Laün : Au sud de Arrens-Marsous, dans le Val d’Azun, juchée sur une éminence, se trouve la chapelle de « Pouey la hount », ce qui signifie « le mont de la source ». Ce pèlerinage marial est attesté dès le XIVème siècle. A l’origine, les gens du pays virent briller dans la nuit une lueur autour d’une statue de la Vierge. Fascinés, ils vinrent chercher la statue pour la placer dans l’église du village. Mais, mystérieusement, elle revint à l’endroit où elle avait apparu. Il ne restait plus qu’à construire une chapelle. L’édifice actuel date de 1761. Son surnom de « Capéra daurada » (chapelle dorée) n’est pas usurpé ! C’est l’éblouissement pour le visiteur! Le sol est quant à lui en schiste brut, à même la montagne. Comme Héas, le lieu a été confié aux Missionnaires de l’Immaculée Conception.

Une prière pour le lieu 
Vierge Marie, montre-nous la Source, toi qui la connais.
Elle coule, 
Elle court, 
Elle abreuve les cœurs arides.
Cette source éternelle est cachée 
En ce pain vivant 
Pour nous donner la vie.

Notre -Dame de Betharram : A quelques kilomètres de Lourdes, en terre béarnaise, ce sanctuaire favorable au recueillement et au silence mérite d’être visité. Confié aux missionnaires du Sacré-cœur de Betharram, il profite du rayonnement de leur saint fondateur Michel Garicoïts (1797-1863). Sur la colline boisée, le chemin de croix monumental est chef d’œuvre édifié au XIXème siècle. Mais l’origine du Sanctuaire de Betharram est beaucoup plus ancienne. Comme à Pouey-Laün, l’histoire commence par des lueurs au dessus d’un buisson. Au dessous de ces lueurs, on découvre une statue de la Vierge. Elle est amenée à l’église du village, mais elle revient à son point d’origine. Cela se reproduit plusieurs fois. On décide alors de construire une petite chapelle là où se trouvait le buisson. C’est l’origine du sanctuaire.
C’est un deuxième événement qui va déclencher le phénomène des pèlerinages. Vers le XVème siècle, une jeune fille ramassant des fleurs au bord du Gave tomba dans l’eau. La Vierge lui apparut en lui tendant une branche à laquelle la jeune fille s’accrocha. Elle fut ainsi sauvée. Ce miracle serait le point de départ des pèlerinages à Notre-Dame du Beau Rameau (bèth arram, en béarnais).

Une prière de saint Michel Garicoïts 
« Me voici, ô mon Dieu, 
Sans retard, mais sans précipitation,
Sans réserve, mais sans prodigalité ;
Sans retour, mais sans entêtement ; 
Par amour plutôt que par tout autre motif. »

Quatre chemins spirituels vers Lourdes

A Lourdes, le chemin de fer, l’automobile et l’avion ont donné aux pèlerinages une dimension nouvelle, la démarche isolée d’un croyant laissant la place à un phénomène de foules. Parmi vous, certains veulent peut-être accomplir à pied une étape de leur pèlerinage, au milieu des éléments naturels du « pays » : la montagne, l’eau, la lumière. C’est une manière de préparer son approche intime de la Grotte.

Bartrès – Lourdes (5km) : Le chemin de Bernadette. Après une halte à la bergerie de Bernadette, emprunter, en face, le chemin qui mène 150 mètres plus loin jusqu’au calvaire du Coudet. Après quelques kilomètres en pleine nature, l’entrée en ville. Puis… la Grotte. 

Bétharram – Saint-Pé-de-Bigorre – Lourdes (15km): Bétharram est un ancien sanctuaire marial où 82 miracles ont été dénombrés entre 1620 et 1642. A découvrir : le sanctuaire qui vit un Jubilé durant l’année 2013 (Tél. : 05 59 71 92 30), saint Michel Garicoïts, fondateur des Pères de Bétharram étant mort il y a 150 ans.

Tournay – Lourdes (30 km) : L’abbaye bénédictine Notre-Dame de Tournay a été construite dans les années 1950, et abrite une vingtaine de moines qui fabriquent des produits artisanaux en dehors de leurs temps de prières. Par ailleurs, la communauté dispose d’une hôtellerie (Tél. : 05 62 35 70 21)

Piétat – Lourdes (30 km) : A 6 km à l’est de Tarbes, sur la commune de Barbazan-Debat, la chapelle de Piétat (Notre-Dame de Pitié) abrite une statue polychrome de la Vierge qui est l’objet de pèlerinages (Tél. : 05 62 33 80 52).

Mathias Terrier

Pastorale des réalités du tourisme et des loisirs

Inscription à la newsletter

Inscrivez-vous pour rester informé de l'actualité et des événements du diocèse de Montauban

Je recherche

Grand Montauban Catelsarrasin Verdun Caussade